Logo EIPAS
Administration
Identifiant : Mot de Passe :
retour

Accueil

|

Consultations

|

Ateliers
collectifs

|

Services aux
entreprises

|

Actu

|

Ressources
SALARIES
ENTREPRISES

|

Ressources
PROFESSIONNELS
DE SANTE

|

Bulletin
Mieux Vivre
Au Travail

|

Contact

|

Formations

|

EIPAS sarl
Organisme de formation


Christian GODIN

Le 22 novembre 2011, à 20h

Conférence

CAP SUR LE LONG TERME

Revenir à une perspective long terme pour sauver le travail

Cap sur le long terme

par le philosophe Christian Godin

au CRDP, 15 rue d'Amboise à Clermont-Ferrand

Boucler un budget, renflouer la trésorerie, suivre une procédure, vérifier des indicateurs, gagner un client à tout prix..., nos objectifs de travail évoluent vers le court terme. Il n'y a plus de place pour la vision globale et l'anticipation à long terme. C'est à la fois une évolution dangeureuse et une perte de sens du travail.

Résumé de la conférence

Après la division sociale et la division technique du travail, la division que l'on pourrait dire « processuelle », et qui donne un autre sens à ce que le sociologue Georges Friedmann appelait « travail en miettes », est en train de gagner l'ensemble du monde du travail. Et lorsqu’à la fragmentation du travail dans le temps s'ajoute la multiplication des tâches dans l'instant, une double dictature se met en place : celle de l'immédiateté et celle de l'urgence.

Or l'urgence est proprement catastrophique. Elle interdit la réflexion (qui a besoin de continuité et de long terme) et donne une place exorbitante à l'émotion. Le stress est le ressenti subjectif de cette catastrophe du court-termisme que l'on constate désormais dans tous les secteurs d'activité, de l'entreprise à la politique en passant par la recherche scientifique et bien sûr le système d'information et de communication.

À l'échelle macro-économique, le court-termisme est à la fois le moyen et l'expression de la financiarisation de l'économie mondiale.

Mais lorsque les moyens à court terme (réduction des coûts, délocalisation, augmentation de la charge de travail…) l'emportent sur le reste, c'est le sens même du travail qui s'effondre.

Les effets du court-termisme sont désastreux : désimplication des employés, absentéisme, stratégies d'évitement, fatigue, maladie, stress, burn-out.

Seul le sens du long terme peut donner du sens au travail. Seule une vision stratégique peut faire accepter les changements, et redonner confiance et fierté aux salariés. La valorisation du court-terme est contre-performative car la réactivité finit par contredire la productivité. Une entreprise qui vit au jour le jour en mettant la pression sur ses salariés est une entreprise sans avenir.



Retour à l'accueil

© "EIPAS" 2008-2015, tous droits réservés | Espace Membre